Maturité équipe coach
|

Quelle maturité pour mes équipes ?

Le tout est plus que la somme des parties

Aristote, 200av. JC

Cette maxime trouve toujours un écho dans de nombreux domaines (physique, chimie, biologie, médecine, sociologie).
On parle plus volontiers de holisme lorsqu’il faut définir un ensemble par les propriétés de cet ensemble et non pas comme les propriétés de ce qui le compose. Car les propriétés des éléments, si elles contribuent aux propriétés de l’ensemble, ne le constitue pas seulement.

En d’autres termes et par exemple, on ne peut pas définir une horloge que par ses rouages la composant, de même que les seuls rouages d’une horloge ne vous donneront pas l’heure.

En sociologie et en psychologie sociale le groupe et lui aussi plus que la somme des parties qui le compose.
On voit apparaitre un grand nombre de caractéristiques propre à une équipe qui n’apparaissait pas à l’échelle de l’individu.
Parmi elles : la maturité.

Différents stades

Ce niveau de maturité de l’équipe, vous l’aurez compris, se conditionne du niveau de maturité des individus qui le compose, mais pas seulement.
On distingue plusieurs niveaux de maturité d’une équipe de même que plusieurs classifications. Celle de Olivier Devillard, (Dynamique des équipes 2005) présentée ici, me semble la plus pertinente.)

Le stade de latence : il s’agit ici d’une équipe potentielle, d’un groupe d’individus et non d’une équipe en tant que telle. Les collaborateurs ne travaillent pas ensemble voire sont en concurrence. Ils n’ont pas les mêmes attentes et sont concentrés sur leur propre expertise. La motivation est centrée sur l’individu, des mécanismes de défense dominent les échanges.

Le stade d’appartenance : les membres du groupe commencent ici à ressentir un sentiment d’appartenance et de confiance envers le groupe. Des séminaires de team building ont notamment pour objectif de développer cette cohésion.

Le stade d’équipe constituée : le groupe devient une équipe, ses individualités se réunissent pour former un système à part entière où le tout est plus important que la somme de ses parties (1+1 = 3). Un objectif commun est clairement défini et l’équipe a des pratiques communes, interagit et s’organise pour l’atteindre.

Le stade d’action concertée : les membres de l’équipe sont ici capables d’être complémentaires et coordonnés en fonction des objectifs à atteindre. Ce stade se caractérise par une forte implication des collaborateurs et une forte coopération.

Le stade d’intelligence collective : les différents membres de l’équipe sont ici profondément engagés, des relations fortes unissent les individus. La richesse de ces équipes réside dans le soin apporté à l’apprentissage par chaque personne des comportements coopératifs qui permettent l’intelligence collective. On atteint ici le niveau d’excellence de fonctionnement d’un groupe.

Améliorer les équipes

Avant toute chose, il conviendra de se questionner sur le niveau requis de maturité d’une équipe.
Une équipe au stade de latence pourra être toute à fait performante sur le plan commercial si vous n’êtes pas très attentif au respect des règles en vigueurs, à la satisfaction client, au SAV et aux conflits internes qui pourraient s’y développer.

Si vous avez décidé de faire progresser vos équipes, voici quelques clés pour vous lancer :

  • Développer un sens commun

Les personnes travaillent mieux ensemble lorsqu’elles prennent conscience et partagent des valeurs qui les unissent, lorsqu’elles ont un but commun. N’ayez pas peur de perdre du temps sur ce point, parce qu’il est primordial et revenez dessus aussi souvent que nécessaire. Dans l’idéal il faudra que le but commun soit identifié par les membres de l’équipe eux-mêmes (Et oui, on est forcément plus d’accord avec soi-même qu’avec les autres), le sens de l’action du groupe devra être unanimement reconnu ou du moins suffisamment introjecté pour qu’il puisse être un moteur à l’action (on est naturellement plus enclin à réaliser une tâche si la motivation est dite intrinsèque – Un prochain article traitera des différents niveaux de motivation ou d’autodétermination –). Ce sens commun, joliment désigné « Cœur Positif » par l’appreciative Inquiry est un liant durable des membres du groupes.

  • Encourager l’expression individuelle

Une équipe performante est une équipe où les membres se connaissent, sont conscientes des points forts de chacun et chacune et s’appuient sur eux. Ne vous aventurez cependant pas dans une table ronde des qualités et défauts de chacun sans un coach avisé. Pour autant l’exercice est extrêmement utile et efficace pour que les membres d’une équipe aient un regard positif les uns sur les autres et gèrent avec autonomie l’équilibre entre les forces de chacun (Comment savoir que Gisèle du service paie – désolé pour elle – est une reine de l’orthographe car cruciverbiste à ses heures et que ça ne la dérangerait pas de relire les présentations de Bernard du service formation ? – navré pour lui aussi –).

  • Apprendre à apprendre

Il est bon de rappeler que c’est en se confrontant à un problème qu’on le résout puis, en s’y confrontant à nouveau, qu’on le surmonte plus simplement, qu’on l’anticipera la fois suivante et que l’on arrivera même à s’en prémunir pour qu’il ne soit plus un problème.
Voilà comment évolue une équipe.
Une équipe apprenante, c’est une équipe apte à penser une solution en conscience de sorte qu’elle ne résout pas seulement un problème mais elle met en place toute une chaine logique d’actions trouvant une validation a posteriori dans le dénouement et l’analyse du dénouement (On parle d’apprentissage réussi qu’il soit négatif – voilà ce qui ne faut pas faire – ou positif – voilà ce qu’il convient de faire -). Pour les équipes n’ayant pas atteint le stade de l’intelligence collective, vous pourrez demander à un ou plusieurs individus de jouer le rôle de narrateur pour relater le problème rencontré, les réflexions, les actions ayant mené à sa résolution et les actions à mener pour systématiser la solution ou se prémunir de la survenue du problème.

  • Mixer des individus

Il conviendra également de porter attention à la constitution des équipes mais pour cela faites plutôt appel à un professionnel qui saura, suivant différentes classifications et grâce à une interview ou la supervision d’une réunion test, identifier les différentes personnalités et les faire coopérer.
Process Communication, Big Five, DISC,… Il existe plusieurs classifications, aucune d’elles n’est parfaite et encore moins sans le regard d’un professionnel du coaching. Ce qu’il faut retenir c’est que plus une équipe est mature plus elle sera apte à accueillir une nouvelle recrue quelle que soit sa personnalité. Une bonne façon d’observer l’équipe que vous voulez voir progresser est de la challenger ; ce qui nous amène à mon dernier conseil.

  • Challenger

Il n’y a rien de pire qu’une équipe qui s’ennuie. Souvenez-vous qu’il existe aussi le bore-out (l’ennui mortifère quotidien au travail suite à un manque de stimulation intellectuelle, une impression d’inutilité et un manque de sollicitation) pour ce faire, et sans tomber dans l’excès inverse, amusez vos équipes.
Tests, challenges, jeux, devinettes, tables rondes (ou carrés), faites vibrer leur âme d’enfant libre. Là encore un professionnel du coaching saura proposer des ateliers en adéquation avec le niveau de maturité de l’équipe et son axe de progrès pour la mener vers le niveau supérieur.


Enfin et en conclusion, une équipe n’est pas moins que la somme des individus qui la compose. Donc, intéressez-vous aux individus et voyez comment, réunis en une équipe, il apparait d’autres choses qui pourront autant être des freins au groupe que des moteurs à sa maturité.
Souvenez-vous qu’avant de savoir courir et franchir un obstacle il vous a fallu apprendre à vous déplacer à quatre pattes.

A lire également